Exposition
Tout public
Sète,34200
25/09/2020 11:00
0 mins
DATE LIEU ADRESSE TELEPHONE WEB DISPO

Chapelle du quartier haut: Sète #20- Clémentine Schneidermann

© Clémentine Schneidermann   CLEMENTINE SCHNEIDERMANN Sète #20   Chaque année, l’association CéTàVOIR invite, dans le cadre du festival ImageSingulières, un ou une photographe en résidence à Sète. Une immersion dans la ville pendant quatre à six semaines, où l’artiste sélectionné.e a carte blanche pour réaliser un travail sur le territoire et ses habitants. En 2020, c’est la photographe française Clémentine Schneidermann qui a été choisie par l’association. Habituellement restituée lors d’ImageSingulières, l’exposition est cette année décalée en raison de la situation sanitaire exceptionnelle liée à l’épidémie de Covid-19, qui nous a contraint à annuler la douzième édition du festival. Clémentine Schneidermann présentera son travail à l’occasion d’une rencontre à l’Espace Georges Brassens, partenaire du festival cette année. Elle signera également le livre SÈTE#20, co-édité suite à sa résidence par CéTàVOIR et les éditions Le Bec en l’air.   Site de l'artiste « Venez, vous dont l’œil étincelle » "Ce premier vers de La Légende de la nonne, que Victor Hugo composa en 1828 et que Georges Brassens enregistra en 1956, est une injonction à laquelle pourraient souscrire bien des photographes qui, à leur manière, l’adressent également à tous ceux qui regardent leurs images, et plus généralement à tous ceux qui sont convaincus qu’il est indispensable de voir. Ce pourrait donc être une forme de guide pour Clémentine Schneidermann qui, après douze autres photographes, s’est immergée dans la région de Sète, est allée à la rencontre de personnes et de personnages, d’espaces et de lumières. De chats aussi. Elle l’a fait avec dans son œil une étincelle qui, comme à son habitude, sait éviter les catégories, pratiquer une forme douce et curieuse de documentaire qui frise avec la mise en scène de mode, mais également la sociologie, voire l’ethnologie, et qui opère une tension qui nous convainc que le réel – ou ce que nous considérons comme tel – est une inépuisable réserve de fictions. Clémentine Schneidermann a donc parcouru Sète et les communes voisines par temps de soleil, mais n’a pas insisté sur la chaleur. Elle a préféré rester en demi-teinte, à tous points de vue, ce qui lui permet d’offrir une souplesse de vision confortable. Elle ne décrit pas mais nous entraîne dans des espaces ocres dont les angles jamais trop brutaux attendent calmement des passants ou accueillent, parce qu’ils se font décor, des personnages. […] "   Christian Caujolle      

ACCES

PARTENAIRES